venerdì 23 novembre 2012

Between Deleuze and Foucault @ Purdue University, College of Liberal Arts November 30 – December 1, 2012

Conference Flyer

Conference

Between Deleuze and Foucault
Purdue University, College of Liberal Arts
November 30 – December 1, 2012

An international conference exploring the relations between the work of Gilles Deleuze (1925-1995) and Michel Foucault (1926-1984).
Plenary Speaker:
William Connolly, Johns Hopkins University

Participants:
Marco Altamirano, Purdue University; Alain Beaulieu, Laurentian University; Thomas Flynn, Emory University; Colin Koopman, University of Oregon; Leonard Lawlor, Penn State University; Nicolae Morar, University of Oregon; Thomas Nail, University of Denver; Roberto Nigro,Université de Paris; Chris Penfield, Purdue University; John Protevi, Louisiana State University; Anne Sauvagnargues, Université Paris Ouest Nanterre; Janae Scholtz, Alvernia University; Daniel W. Smith, Purdue University; Dianna Taylor, John Carroll University; Kevin Thompson, DePaul University

Roundtable Discussion:
Gary Gutting, Notre Dame University
Todd May, Clemson University
Ladelle McWhorter, University of Richmond
Alan Schrift, Grinnell College
Moderated by: Alan Rosenberg, Queens College, CUNY

The conference is free and open to the public.
Location: West Faculty Lounge, Purdue Memorial Union
Organizers: Daniel W. Smith (smith132@purdue.edu), Nicolae Morar (nmorar@uoregon.edu), and Thomas Nail (thomas.nail@du.edu).

The conference is made possible through the generous support of a Global Synergy Grant for Faculty and an Enhancing Research in the Humanities and Arts Grant from the College of Liberal Arts at Purdue University.


Description of the Project

The aim of the “Between Deleuze and Foucault” project is to establish an on-going collaborative and synergistic relationship between Purdue University and the Université de Paris VIII–Vincennes à St. Denis (University of Paris 8, Vincennes-St. Denis) in order to transcribe, translate, and make available online the seminars that the French philosopher Gilles Deleuze gave on Michel Foucault’s work at the University of Paris 8 during the years 1985-1986.

Deleuze and Foucault were two of the towering figures of French intellectual life in the latter part of the twentieth-century. Foucault (1926-1984) held a chair in the History of Systems of Thought at the prestigious Collège de France, and remains one of the most-cited authors in the humanistic disciplines. Deleuze (1925-1995), who taught at the University of Paris until his retirement in 1987, authored more than twenty-five books, and was one of the most important and influential European philosophers of the post-war period. While both Foucault and Deleuze were prolific authors, it is now widely recognized that some of the most significant work of both philosophers was presented in their weekly seminar lectures, which functioned more or less as experimental laboratories in which they tried out new ideas and concepts that often find no parallel in their published texts.

In recognition of this fact, the lectures Foucault gave at the Collège de France are currently being published simultaneously in French and English in a joint venture by two well-known and well-established publishing houses, Seuil/Gallimard in France and Palgrave Macmillan in the USA. On 15 April 2012, the French government formally recognized the importance of these lectures by declaring Foucault’s archives to be a “national treasure,” which prevented the sale of the documents abroad. The appearance of Deleuze’s seminar lectures, by contrast, has taken a somewhat different path. After Deleuze’s death, his family prohibited the publication of his seminar lectures in book form (they did not want profit to be made off the lectures), but instead permitted and indeed encouraged their free dissemination on-line. While this decision was no doubt in the spirit of Deleuze’s work, it has made the archiving and distribution of the lectures a more complicated process, which is now reliant on institutional and university support for its continuation.

In 1999, the Bibliothèque Nationale (BN) in Paris established an archive of recordings of all the seminars Deleuze gave at the Université de Paris VIII between 1979 and 1987. The seminars had been recorded by various students on cassettes, which the BN converted into digital files. In 2001, a group of preeminent French scholars, initially headed by the philosopher Alain Badiou, constituted a not-for-profit organization entitled “L’Assocation Siècle Deleuzien” that was focused exclusively on the transcription and dissemination of Deleuze’s recorded seminars on the Web. The Association, under the directorship of Prof. Marielle Burkhalter, initially produced transcriptions of three shorter seminars (on Anti-Oedipus, painting, and Spinoza), and then embarked on an ambitious project of transcribing Deleuze’s four-year seminar (1981-1985) on philosophy and cinema, which is still in-process. It is at this point that the “Between Deleuze and Foucault” project joined forces with the Association in order to transcribe Deleuze’s one-year seminar on Foucault (1985-1986).

The project is supported by two generous grants from the College of Liberal Arts at Purdue University: a Global Research Synergy grant and an Enhanced Research in the Humanities grant. The principal investigators for the grant are Prof. Daniel W. Smith, of the Department of Philosophy at Purdue University, and Prof. Nicolae Morar, a recent Ph.D. from Purdue who is currently teaching in the Department of Philosophy at the University of Oregon. They have joined forces with Prof. Burkhalter as well as Prof. Anne Sauvagnargues (University of Paris, Nanterre), who is one of the foremost scholars of Deleuze’s work in France, in order to make Deleuze’s seminar lectures available on-line to a wide audience, both in French and, in the near future, in English translation. Annabelle Dufourcq, who received her Ph.D. from the Sorbonne in 2008 and is currently at the University of Oregon, is in charge of transcribing the seminar lectures, and Jonathan Beever of Purdue University will be in responsible for the web design and editing.

In addition to the seminar transcription, we will be publishing a collection of essays on the topic, entitled Between Deleuze and Foucault, which will be co-edited by Prof. Morar and Prof. Thomas Nail of the Department of Philosophy at the University of Denver. In addition, a special issue of the journal Foucault Studies, devoted to the relation between Deleuze and Foucault, will be published in 2014. Finally, in early November 2012, the College of Liberal Arts will host a two-day conference on “Between Deleuze and Foucault,” which will be together contributors to both the book project and the special journal issue to discuss the significance and implications of Deleuze’s reading of Foucault

giovedì 22 novembre 2012

Michel Foucault - Du Gouvernement des vivants - Gallimard, Fr, 2012


Michel Foucault


Hautes Etudes
400 pages

Du Gouvernement des vivants est un cours charnière. Prononcé au Collège de France au premier trimestre 1980, Michel Foucault y poursuit cette histoire des « régimes de vérité » qui traverse l’ensemble des cours du Collège de France, en y apportant une inflexion majeure : commencée dans le champ du juridique et du judiciaire, l’exploration s’était poursuivie dans le champ politique ? thématique des rapports pouvoir-savoir, puis de la gouvernementalité. Elle s’investit ici dans le champ des pratiques et des techniques de soi, domaine de l’éthique que Michel Foucault ne quittera plus.
« Comment se fait-il que dans la culture occidentale chrétienne, le gouvernement des hommes demande de la part de ceux qui sont dirigés en plus des actes d’obéissance et de soumission, des “actes de vérité” qui ont ceci de particulier que non seulement le sujet est requis de dire vrai, mais de dire vrai à propos de lui-même, de ses fautes, de ses désirs, de l’état de son âme ? » se demande Michel Foucault. Ce projet le conduit d’une relecture de l’Œdipe-roi de Sophocle à l’analyse des « actes de vérité » propres au christianisme primitif, à travers les pratiques du baptême, de la pénitence et de la direction de conscience. Michel Foucault choisit de s’intéresser aux actes par lesquels le croyant est conduit à manifester la vérité de ce qu’il est lui-même, en tant qu’être indéfiniment faillible. De l’expression publique de sa condition de pécheur, dans le rituel de la pénitence à la verbalisation minutieuse de ses pensées les plus intimes, dans l’examen de conscience, c’est l’organisation d’une économie pastorale centrée sur l’aveu que l’on voit se dessiner.
Du Gouvernement des vivants est la première des enquêtes, inédite, que Michel Foucault va mener dans le champ de l’éthique, autant dans les cours du Collège de France que dans les derniers volumes de l’Histoire de la sexualité.


« Hautes Études » est une collection des Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, des Éditions Gallimard et des Éditions du Seuil.

martedì 13 novembre 2012

domenica 11 novembre 2012

«Les archives de Foucault ont une histoire politique» @ Le Nouvel Observateur, 8 Novembre 2012

«Les archives de Foucault ont une histoire politique»

Créé le 06-11-2012 à 10h51 - Mis à jour le 08-11-2012 à 16h51

EXCLUSIF. Compagnon et légataire de Michel Foucault, Daniel Defert s'exprime pour la première fois sur les archives qu'il s'apprête à vendre à la Bibliothèque nationale de France (voir l'enquête publiée dans «le Nouvel Observateur» du 8 novembre). Verbatim.

MICHEL FOUCAULT (1926-1984). (©Ozkok-Sipa)
MICHEL FOUCAULT (1926-1984). (©Ozkok-Sipa)

Une histoire politique

«L'histoire de ces archives n'aurait pas été la même si nous avions été pacsés ou mariés. J'en aurais hérité tout naturellement, sans avoir ces droits à payer. Il faut se remettre dans l'époque où cette succession a lieu: le début des années 80 et de l'épidémie du sida. Des gens meurent, laissant des compagnons endeuillés et dépossédés parfois par les familles ‘‘légitimes’’. Dans le cadre de Aides, j'ai vu énormément d'hommes expulsés d'appartements où ils avaient vécu avec leurs compagnons. C'était tragique.
Michel Foucault en stipulant qu'il me léguait l'appartement de la rue de Vaugirard et tout ce qu'il contenait m'a protégé de ce point de vue là.
Et je dois dire que sa famille a parfaitement respecté ses volontés. Je suis un grand lecteur de Balzac, pour qui la propriété se constituait par le code civil, et c'est cela qui a changé même si mon avocat, Jean-Denis Bredin, me disait ‘‘Ce n'est pas une épidémie qui va faire changer les choses’’. Il avait tort, nous nous sommes battus avec les associations et aujourd'hui nous arrivons à l'égalité des droits.»

L’enjeu

«Pour moi, l’enjeu est le respect de Michel Foucault et un enjeu politique. Il y eut deux choses: l’indifférence avec lequel il a été traité en France pendant quelques années et les difficultés des couples homosexuels avant le Pacs. En 1984, à sa mort, Michel Foucault m'a légué son appartement de la rue de Vaugirard et tout ce qui s'y trouvait. J'ai dû faire évaluer ce bien pour déterminer combien je devais payer d'impôts. A l'époque, les couples homosexuels n'avaient aucune sorte de droits, je devais comme tout étranger payer 65% de droits de succession, 60% sur l'appartement et 5% forfaitairement sur le contenu. Une dame est venue faire l’expertise. Elle regardait les livres dans la bibliothèque et tout ce qui n’avait pas de dédicace lui semblait sans valeur. Je me souviens qu’elle a pris un livre et dit: ‘‘Ce Barthèze (Barthes) est inconnu, aucune valeur’’.
06 11 12 DanielDefert FlorenceDurandSIPA
DANIEL DEFERT en 1989. Militant anti-sida, il a créé AIDES, la première association française de lutte contre le sida après la mort de son compagnon, le philosophe Michel Foucault, dont il est également le légataire. (©Florence Durand - Sipa)
En 1984, je suis allé au cabinet d’Henri Emmanuelli, au Budget, le ministère était encore au Louvre. Je voulais proposer une dation du montant de mon rappel fiscal. J’ai été reçu par deux conseillers dans le couloir, on ne m’a pas fait asseoir. Tout ce qu’ils voulaient savoir c’est si, comme dans le cas d’Aragon dont ils venaient de s’occuper, il y avait des correspondances avec des artistes, des tableaux, le reste ils s’en fichaient.
Michel avait, avec Pierre Bourdieu, lancé un manifeste protestant contre les déclarations de Claude Cheysson, ministre des Affaires étrangères, selon lesquelles l'instauration d'un état de guerre et la répression visant Solidarnosc était ‘‘une affaire intérieure’’ à la Pologne. Se souvenaient-ils de cela quand je suis venu les voir avec mon dossier? Ils n'ont rien fait. Je me suis dit: ‘‘On règlera ça un jour, et pas dans la paix’’. Il n’y a pas de guerre avec la famille Foucault mais avec l’Etat français qui a montré son désintérêt à un moment compliqué de deuil pour moi.
Ce n'est que plus tard que Jacques Toubon, ministre de la Culture d'Edouard Balladur, a trouvé un arrangement pour le rappel fiscal que j’ai eu trois ans après, et que j'ai cédé des premières archives à la BN. C'est seulement depuis le quinquennat de Sarkozy que les droits de succession des couples pacsés ont été alignés sur les couples mariés.»

Vivre avec les archives

«J'ai beaucoup hésité à revenir rue de Vaugirard. J'y avais déjà vécu, j’habitais un appartement proche que j’ai dû vendre. Avec beaucoup d'hésitations, j'ai décidé de me réinstaller chez lui, dans cet appartement qu'il m'avait légué, pour préserver la bibliothèque et ses archives. Les experts que j’avais consultés me demandaient des manuscrits en paiement. J’ai toujours refusé. Il m'a fallu les sécuriser.
Très tôt, j’ai su que Pierre Nora s’inquiétait du fait que quelques amis avaient la clé de l’appartement. J’ai demandé à ma banque un coffre. Au début de juillet 1984, je m’apprêtais à partir à l’Ile d’Elbe chez Hervé Guibert lorsque je reçois un coup de fil de ma banquière: ‘‘Je vois tous les charcutiers du quartier venir déposer les bijoux de leur femme, je vous ai senti paniqué: venez, je vous ai réservé deux coffres.’’ Quelques heures après, j’étais dans l’avion pour l’Ile d’Elbe. Les archives n’en ont pas bougé depuis.»

Qui les a vues?

«J'ai déposé un certain nombre de choses à l'IMEC, même la correspondance universitaire. Cela, c'était pour qu'on rigole un peu: on voit bien que quand les Français écrivent à Foucault, c'est pour lui demander une préface, alors que quand les Américains lui écrivent, c'est pour l'inviter à des colloques autour de ses livres! Pour le reste, j'ai un principe: je ne réponds qu’aux questions qu’on me pose. J’ai tout de suite couché sur testament, dès après la mort de Michel Foucault, la destination de tout. Ceux qui avaient besoin des documents préparatoires des cours quand nous avons décidé de les éditer les ont eus.
Au début, il y avait cette injonction, ‘‘pas de publication posthume’’. J'ai parlé avec Georges Dumézil, un des amis et maîtres de Foucault. Il m'a dit: ‘‘Pourquoi un thésard pourrait voir ce à quoi les autres n'ont pas accès?’’ C'était simple: tout le monde ou personne. Pendant longtemps ce fut personne. Puis nous avons commencé à transgresser lorsque nous avons publié les cours. Notamment celui dont je me suis chargé, son premier cours de 1970 dont nous n'avions pas de trace audio: pour le publier, je me suis appuyé uniquement sur les manuscrits. Aujourd’hui, le temps a passé. J’estime que s’il me les a confiées c’était un acte de confiance et qu’il me laissait apprécier. Je ne dévoile rien de personnel en les cédant. Il s’agit de pensées, pas d’intimité. L’avenir se décidera collectivement en la matière, avec sa famille et les chercheurs.»

Le rapport de Foucault à ses archives

«Il n’était pas intéressé par sa postérité. Il a laissé un matériau de travail, très organisé comme il l’était lui-même: l’ordinateur était dans sa tête. Mais il n’aimait pas l’idée que l’on montre les échafaudages. Il ne conservait rien des étapes de ses livres. Par exemple, il jetait les lettres qu’il recevait. Je passais derrière et je défroissais le courrier. Dans la corbeille à papier, je pouvais trouver une lettre de Barthes ou une carte postale de Lacan. Sa correspondance avec moi est privée, je veux l'emporter dans ma tombe.»

Que faire de l’argent?

«Refaire l’appartement, qui n’a pas été rénové depuis quarante ans. Et pour le reste, vous verrez bien. Je ne vais pas faire de promesses sur des choses qui ne sont pas faites. Je peux mourir demain.»
Propos recueillis par Eric Aeschimann et Isabelle Monnin